PERSONNAGES CELEBRES

Source : https://www.corsicamea.fr/personnages/personnages.htm

 

Quand on parle de la Corse, on l’associe immanquablement à Napoléon. Mais d’autres personnages ont marqué de leur empreinte ce pays. Certains y sont nés, ou y ont vécu, d’autres y ont simplement séjourné. Tous ont écrit, chacun à leur manière, une page d’histoire qui raconte une île, sa mémoire séculaire, sa culture, ses traditions et ses coutumes.

De l’antiquité à nos jours, les opinions les plus diverses et les plus contraires ont été émises :

Diodore de Sicile (90-20 av.JC) écrivait : “Les habitants se nourrissent de lait, de miel et de viande que le pays leur donne en abondance; ils vivent entre eux en très bonne intelligence; leur caractère et leurs mœurs révèlent des sentiments humains inconnus aux peuples barbares. Les produits de leurs montagnes appartiennent également à tous. L’île est habitée par une population barbare parlant une langue étrangère et difficile à comprendre. Les Esclaves Corses sont préférables à tous les autres.

Strabon (60 av.JC-20 ap.JC) parlait ainsi des habitants de nôtre île : “Les Montagnards Corses vivent de brigandages; ils sont plus sauvages que les bêtes elles-mêmes ; toutes les fois qu’un général romain en ramène quelques-uns à Rome, en esclavage, c’est un singulier spectacle que de voir leur férocité et leur stupidité : ou bien ils se donnent la mort, ou bien par leur indocilité et leur stupidité-ils fatiguent leurs maîtres au point de faire regretter le prix, quelque minime qu’il soit, auquel ils ont été achetés.

Victor Hugo affirmait : “Chaque Etat a son esclave; chaque royaume traîne son boulet. La Turquie a la Grèce, la Russie la Pologne, l’Angleterre l’Irlande et la France a la Corse. A côté de chaque peuple maître, un peuple d’esclaves. Édifice mal bâti : moitié marbre, moitié plâtras.”

Napoléon, le 24 février 1821, peu de temps avant sa mort, déclarait : “La Corse n’est pour la France qu’un inconvénient, une verrue qu’elle a sur le visage. Choiseul disait que si d’un coup de trident on pouvait à la Neptune, enfoncer la Corse sous la mer, ce serait un bon débarras… et il avait raison.”

Clémenceau, en 1871, déposait devant l’assemblée la pétition suivante: “… le club positiviste de paris demande à l’Assemblée nationale que la Corse cesse irrévocablement et immédiatement de faire partie de la République Française.”

Jules Vallès écrivait le 4 mars 1871 dans le journal Le cri du peuple : “… La vérité qu’il faut dire, c’est que la Corse n’a jamais été et ne sera jamais française. Voilà cent ans qu’elle traîne [la france] à son pied ce boulet, nous l’en voyons estropiée et meurtrie. Le Corse est naturellement mouchard et assassin …”.

Et le journaliste Louis Etienne Salmon, plus connu sous le pseudonyme de Louis Noir, écrivait à son tour : “La Corse est la vraie patrie des assassins gagés.”

Alphonse Daudet, en 1888, écrivait dans son roman l’Immortel : “Toutes les mêmes, ces grandes familles corses : crasse et vanité. Ca mange dans de la vaisselle plate à leurs armes des châtaignes dont les porcs ne voudraient pas…

De Gaulle, en 1943 s’exprimait ainsi : “la Corse a la fortune et l’honneur d’être le premier morceau libéré de la France. Chaque fois que la France entame une nouvelle période de sa vie, il faut que les Corses en soient les artisans et les témoins.”

Jean-Jacques Rousseau, Boswell, Dumas, Matisse, Maupassant et bien d’autres l’ont admirée et aimée.

Quoi qu’il en soit, jamais “cette île qui étonna le monde”, n’a suscité l’indifférence et n’a fait naître autant de passions.

 

La Corse romantique, pays des bandits d’honneur et de la vendetta ; C’est ainsi qu’elle fut souvent perçue et décrite par des journalistes continentaux et par des voyageurs tels que Mérimée ou Maupassant, qui cherchèrent prétentieusement, à travers des clichés passionnés et romancés, à décrire “l’âme corse”, contribuant à donner ainsi naissance à des mythes et des légendes à la vie dure.

Laisser un commentaire